«

»

Climat-emploi-social, les penser ensemble c’est vital ! Retour sur la soirée du 15 mars 2017

 

 

>> Voir les photos de la soirée 

 

Impossible de penser emploi, si on n’intègre pas la question du dérèglement climatique.

Le bien être humain déjà très attaqué pourrait être balayé au 21eme siècle par les crises écologiques. La transition nécessite un changement en profondeur de nos comportements et de nos attitudes, de nos choix de société si nous voulons préserver les écosystèmes et éviter l’auto-destruction.

Impossible de penser dérèglement climatique si on n’intègre pas la question du chômage et de la précarité

Lutter contre les inégalités, c’est la première mesure d’une transition écologique disait déjà René Dumont en 1974. Il est donc essentiel de revoir la manière dont sont traités les humains si nous voulons sauver … la planète ? le climat ? Non, sauver l’hospitalité de la planète pour les humains et plus précisément le bien-être des plus exposés aux crises écologiques et des plus sensibles dans les groupes sociaux.

Nous avons déjà commencé cette réflexion lors du débat organisé le 1er mars 2017 et nous le poursuivons ce soir pour essayer de répondre à quelques questions fondamentales :

Comment sortir de notre addiction à la croissance carbonée ?

Comment mettre la finance au service de la transition et du bien-être humain ?

Y aura-t-il un emploi pour ceux qui le souhaite, un métier ayant du sens, comment redonner à tous sa dignité de citoyen ?

 

Mais l’opportunité de pouvoir donner un emploi pour tous n’est pas possible sans un partage équitable du travail et des revenus. Pour nous, aucune politique de l’emploi ne sera efficace sans reprendre le processus historique de diminution du temps de travail. Pas comme nos voisins qui l’on fait en développant les temps partiels de faible durée, au détriment en premier des femmes, mais par un partage équitable du temps de travail.

Le Collectif Roosevelt est engagé dans une campagne sur ce thème dont les grands axes sont les suivants

  1. Briser le tabou du partage du temps de travail : Une pétition est lancée depuis une semaine et rassemble déjà plus de 12.000 signataires. soyons 100.000 à signer cette pétition pour afficher notre désir de relancer le débat. Site de campagne : dutravailpourtous.fr.
  2. Examiner les divers scénarios possibles : demandons aux forces sociales représentées au CESE de débattre, d’examiner les propositions concrètes de partage du temps de travail et de rechercher un consensus sur les modalités de partage du temps de travail favorables à l’emploi et aux revenus
  3. Proposer un cadre légal d’expérimentation : nous construisons un réseau des organisations françaises qui co-construira des projets d’expérimentation et échangeons sur le sujet avec nos partenaires européens.
  4. Créer une mobilisation citoyenne d’ampleur : poussons les entreprises, les collectivités et les administrations à mettre en œuvre des expérimentations de partage du temps de travail. Poussons nos élus à se renseigner
  5. Enclencher une nouvelle étape de réduction de la durée légale de travail : relançons le processus historique de réduction du temps de travail au cours de la prochaine décennie.