Depuis cinq ans, le Collectif Roosevelt agit grâce à un réseau de groupes locaux et d'actions citoyennes financées uniquement par vos dons. Aujourd'hui plus que jamais, nous avons besoin de votre soutien pour continuer à mener nos combats. Si chaque personne qui visite ce site donne 10 euros, notre levée de fonds sera bouclée en moins d'une semaine. En cette rentrée sociale, devenez acteur du changement, soutenez les actions du Collectif Roosevelt !

Vous pouvez également envoyer un chèque adressé au Collectif Roosevelt, au 16 rue Dugommier, 75012, Paris.
Faire un don

L’ A B C DE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL

Des économistes allemands proposent de passer à la semaine de 30 heures

« Le chômage a atteint en Europe des ordres de grandeurs insupportables. Le chômage des jeunes est particulièrement effrayant », alertent des économistes allemands. Sans oublier les travailleurs pauvres, qui triment parfois 50h par semaine sans pouvoir en vivre. Dans une lettre ouverte, ces économistes proposent de réduire équitablement le temps de travail en passant à la semaine de 30h, sans baisse de salaires. Une proposition qui suscite le débat en Allemagne. Lire l’article de Rachel Knaebel sur Basta! Mag >>

Le Collectif Roosevelt  vient de traduire un support réalisé sous la forme d’un Abécédaire pour diffuser l’idée.

Le Collectif Roosevelt remercie chaleureusement David Matrai, Angelika Saupe, Margareta Steinrücke, Helge Stobrawe et l’éditeur Bremer Arbeitszeitinitiative d’avoir autorisé la traduction de l’ABC der Arbeitszeitverkürzung.

L-A-B-C-DE-LA-REDUCTION-DU-TEMPS-DE-TRAVAIL

 UNE SOIRÉE POUR EN PARLER

Travailler moins pour travailler tous, la justice sociale, c’est maintenant !

 

Déroulement

Pour construire une société plus juste, pour lutter efficacement contre le chômage, pour créer massivement des emplois, notre manifeste avance quatre préconisations :

C’est cette dernière proposition (13e du manifeste) que nous avons plaçée au cœur du débat le 12 juin, sans autre ambition que d’avancer dans la réflexion, pour un débat plus large en France et partout en Europe.

La soirée, qui a été enregistrée par Stéphane, était animée par Rachel Knaebel, journaliste basée à Berlin, où elle couvre l’actualité sociale, économique, politique, allemande, pour, entre autres, le site d’informations Basta ! et l’hebdomadaire Politis. « Des économistes allemands proposent de passer à la semaine de 30 heures »

Nous avions, autour de Rachel K. deux invité-e-s pour éclairer et alimenter la réflexion sur les enjeux sociétaux, sociaux, économiques et financiers de la réduction progressive du temps de travail, sur le bilan des expériences qui ont été faites et sur les perspectives qu’offre ce bilan.

Michel Montigné (dont nous n’avons connu la disponibilité que tardivement) a participé à la mise en place des lois Aubry dans le cadre de son activité professionnelle, et est membre de l’atelier Partage du Temps de Travail du Collectif Roosevelt. Voir « Repenser la question du temps de travail »

Margareta Steinrücke est sociologue, chargée des questions de genre et de parité à la Chambre des salariés de Brême, porte-parole du groupe de travail ArbeitFairTeilen d’Attac Allemagne, coordinatrice de l’initiative « Arbeitszeitverkürzung jetzt ! ». Voir « La semaine de 30 heures dans toute l’Europe – travailler moins pour sortir de la crise ! »

Margareta et son groupe de Brême nous ayant offert leur ABC der Arbeitszeitverkürzung, nous l’avons traduit (merci Claire) et fait imprimer en nombre sous la forme d’un jeu de cartes postales (merci David) à diffuser largement. « Abécédaire de la réduction du temps de travail »

La soirée se déroule en deux temps, une heure d’exposé des sujets puis une heure d’échange avec les participants grâce à un jeu combiné de questions écrites et d’interventions orales, le tout accompagné de projections soigneusement montées par Hélène et Georges.

Diaporama 

Margareta S. fait la présentation de l’ABC, de l’initiative pour la réduction du temps de travail de Brême, des discussions qui y ont lieu. Elle précise le contexte allemand (temps de travail de 35 heures dans certaines branches, partage inégal homme/femme, chômage passé sous silence) et développe quatre points,

  • la question de l’emploi,
  •  le partage plus juste du temps de travail entre les sexes,
  • les raisons écologiques plaidant en faveur d’un meilleur partage du temps de travail allant dans le sens d’une alternative à la logique de croissance,
  • la possibilité d’un partage du temps de travail sans coûts supplémentaires.

Elle ajoute

  • que la question de la réduction du temps de travail est au cœur des conflits sociaux actuellement en cours en Allemagne (cheminots, poste)
  • que la proposition faite par la Ministre fédérale de la Famille, des Personnes âgées, de la Femme et de la Jeunesse, Manuela Schwesig, de passer à la semaine de 30 heures pour les parents a été bien accueillie par les employeurs.

Michel M. pour sa part centre son propos sur

  • l’importance du chômage et du sous-emploi et leurs conséquences,
  • la situation en matière de durée du travail (cadre légal, durées réelles),
  • les réformes, débats et propositions actuels sur l’assouplissement du droit du travail, les 35 h, le contrat de travail, la place de la loi et de la négociation collective (loi Macron et accords de maintien de l’emploi, projets de la droite et du patronat),
  • l’illusion de la croissance comme solution,
  •  les éléments apportés par la commission Romagnan,
  •  la nécessité d’une redistribution du temps de travail, élément d’une politique visant la « prospérité sans croissance »,
  • les différentes formes de RTT envisageables.

Bruno conclut la soirée… provisoirement, puisque nous poursuivons les échanges informels autour du stand Librairie tenu par Annie et Claire, et de la table de grignotage préparée par Colette et Claire.

Odile, pour l’équipe d’organisation.

la justice sociale c'est maintenant

Pour consultation également

 

 

 

 

PLAN DU SITE