Notre activité est intégralement financée par vos dons et vos adhésions.
Aujourd'hui, plus que jamais, le Collectif Roosevelt a besoin de vous !


Vous pouvez également envoyer un chèque adressé au Collectif Roosevelt, au 16 rue Dugommier, 75012, Paris.
Faire un don

Retour sur le débat emplois-climat au village Alternatiba du 1er octobre 2017 à Paris

Le village Alternatiba Paris 2017 a réuni de très nombreuses structures et associations qui, dans le cadre de l’événement, ont proposé des animations, des projections de films, un espace numérique, des conférences-débats, etc., autant de moments mettant en valeur ce qu’on peut faire à différentes échelles pour relever le défi majeur du dérèglement climatique. Les solutions existent, elles sont à notre portée et construisent une société plus juste et plus solidaire.

Le collectif Roosevelt avait choisi de participer à l’événement ;

  • en organisant deux grands moments de réflexion et d’échanges sur le sujet du Travail, pour lequel nous avons une compétence maintenant reconnue au sein des réseaux associatifs :
  • une table ronde « Du travail pour tous, sans loi Travail ! » le samedi 30 septembre
  • une conférence « Les Emplois de la Transition », le dimanche 1er octobre, dont le sous-titre, « Climat, emploi, social, les penser ensemble, c’est vital ! », n’était autre que le slogan qui anime l’engagement du collectif Roosevelt depuis plus de deux ans, sur sa campagne Travail « Et si on travaillait moins pour travailler tous »*, au sein de la plate-forme Emplois-climat à l’origine du rapport « 1 million d’emplois pour le climat ! »**, et dans toutes ses initiatives.

* http://dutravailpourtous.wesign.it/fr

** Site de la plate-forme : http://emplois-climat.fr/. Lien vers le rapport : http://emplois-climat.fr/le-rapport/


L’esprit de la conférence tenait en ces quelques lignes :

  • Des alternatives locales et nationales existent, et elles sont finançables.
  • Elles peuvent créer un million d’emplois-climat d’ici la fin du quinquennat,
  • Les dispositifs permettant de partager le travail sont connus, il est possible et nécessaire de les mettre en œuvre

Nous remercions chaleureusement pour leur coopération compétente et bienveillante

  • Maxime Combes, Économiste, membre de ATTAC-France
  • Emmanuel Soulias, directeur général d’Enercoop
  • Olivier Berland, animateur en région Île-de-France chez Énergie partagée
  • Meike Fink, Responsable transition climatique juste au sein de Réseau Action Climat

 

 

Maxime Combes est économiste et membre d’Attac France, engagé dans les mobilisations citoyennes autour des grands enjeux environnementaux et énergétiques, nationaux et mondiaux. Il est contributeur du magazine en ligne Basta ! (bastamag.net), coauteur de l’ouvrage publié par Attac, La nature n’a pas de prix, les méprises de l’économie verte (Paris, Éditions Les Liens qui Libèrent, juin 2012) et de Crime climatique stop ! L’appel de la société civile (Seuil, « Anthropocène », août 2015). Il est également l’auteur de Sortons de l’âge des fossiles ! Manifeste pour la transition (Seuil, « Anthropocène », octobre 2015).

Il écrivait, le 12 janvier 2017 :

Créer 1 million « d’emplois-climat » d’ici 2020, c’est possible ! Plusieurs syndicats, associations sociales et environnementales* publient ce jeudi 12 janvier un rapport qui montre qu’il est possible de créer un million d’emplois pour le climat ! Disons-le simplement : il n’y a pas d’emplois sur une planète morte ! Et réciproquement, c’est en créant massivement des emplois dans la transition écologique et sociale que nous pourrons « sauver le climat ». Le rapport soumet au débat public une série de constats et de propositions qui permettraient d’apporter une réponse au chômage et d’entrer de plein pied dans la transition écologique. Si l’argent nécessaire pour mener à bien une transition écologique juste socialement ne manque pas, la volonté politique fait, par contre, cruellement défaut. Les organisations signataires s’engagent ainsi à mener campagne à ce sujet dans les semaines et mois qui arrivent. Puisse ce rapport être complété, discuté, partagé, précisé, critiqué…. mais sans perdre de vue l’essentiel : conjuguons ensemble, et pour de vrai, justice sociale, action pour le climat et transition.

Et il termine ainsi la présentation de son dernier ouvrage :

Nous ne nous résignons pas au naufrage planétaire. Contre l’extractivisme, les hydrocarbures de schiste, les grands projets inutiles et la marchandisation de l’énergie et du climat, nous inventons aujourd’hui les contours d’un monde décarboné, soutenable et convivial de demain.

Il est temps de sortir de l’âge des fossiles. La transition, c’est maintenant !

* Ce sont : Alofa Tuvalu, Alternatiba, Amis de la terre, Attac France, Collectif Roosevelt, Confédération paysanne, Emmaüs France, Fédération syndicale unitaire (FSU), Mouvement national des chômeurs et précaires (MNCP), Réseau Action Climat, Union syndicale Solidaires. Avec le soutien de la Ligue des droits de l’Homme et de la Fondation Heinrich Böll Stiftung France

Emmanuel Soulias, directeur général d’Enercoop, en est persuadé, pour qui

« La transition énergétique sera citoyenne ou ne sera pas ! »

Depuis douze ans, Enercoop fournit à ses clients une électricité 100% renouvelable, sans recours au nucléaire ni aux énergies fossiles. Cette société coopérative, organisée en un réseau de 10 coopératives régionales qui couvrent l’ensemble de l’hexagone, s’appuie sur une centaine de producteurs indépendants, dans l’hydraulique, l’éolien, le photovoltaïque et la biomasse. L’objectif est de créer un lien direct entre producteurs et consommateurs et de faciliter ainsi une réappropriation citoyenne de l’énergie.

Enercoop connaît aujourd’hui une forte croissance et le modèle est pérenne. Il est temps de diriger les investissements vers des énergies renouvelables qui sont aujourd’hui matures, économiquement rentables et efficaces.

Enercoop agit via un outil de financement citoyen, Énergie Partagée, qui propose à tous d’épargner le climat en investissant dans des projets de production.

C’est Olivier Berland, animateur en région Île-de-France chez Énergie partagée, qui nous en parle :

Énergie partagée se présente comme une équipe de salariés compétente et dynamique au service de l’énergie citoyenne en France ! Elle essaime, accompagne et finance des projets citoyens de production d’énergie renouvelable. Pour accomplir ces missions, le mouvement s’organise en deux structures complémentaire : une association de promotion et d’animation et un outil d’investissement citoyen.

Enercoop et Énergie partagée, deux sociétés dont les modes de fonctionnement sont comparables et les activités complémentaires !

C’est en tant que Responsable Transition climatique juste, au sein du Réseau Action Climat, que Meike Fink s’est fortement investie dans l’élaboration du rapport « 1 million d’emplois pour le climat » publié en janvier 2017. Le Réseau Action Climat est le représentant français d’un réseau mondial et européen d’ONG, qui regroupe près de 1100 membres à travers la planète. Avec pour objectif de parler d’une seule voix pour peser davantage sur les décideurs, le Réseau Action Climat couvre de par son travail l’ensemble des secteurs responsables du dérèglement climatique : les transports, la production d’énergie, l’agriculture et l’alimentation, l’habitat, etc.

Après l’appel « Un emploi pour chacun.e, la transition pour tous et toutes ! », les lignes d’introduction du rapport sont incontournables :

Les actions en faveur de la lutte contre les changements climatiques sont trop souvent perçues comme contradictoires avec les objectifs de création d’emplois et de justice sociale.

Nous, syndicats, associations sociales et environnementales et d’éducation populaire, lançons une campagne et soumettons au débat public un rapport qui permet de donner une réponse au chômage et d’entrer de plein pied dans la transition écologique nécessaire au vu de l’urgence climatique.

Il est fondamental de lier la question du climat et celle de l’emploi pour réussir une transition écologique juste socialement. Ce rapport montre également que l’argent nécessaire ne manque pas. La volonté politique fait, par contre, cruellement défaut. Créer 1 millions « d’emplois climat » d’ici 2020, c’est possible si nous le souhaitons !

La transition écologique qui touche de nombreux emplois, ceux qu’elle détruit inexorablement et ceux qu’elle peut et doit créer massivement, est créatrice nette d’emplois. Elle doit reposer sur l’anticipation, sur la sécurisation des salariés dont les emplois sont détruits (maintien du salaire ? formations adaptées), et sur le partage

Et si on travaillait moins pour travailler tous !

Les interventions sont suivies d’un temps de questions-réponses, qui reste trop court compte-tenu de l’intérêt et de la richesse des questions soulevées.

En conclusion, on peut dès maintenant :

  • Changer de fournisseur d’électricité,
  • Se former à travers les nombreux ouvrages mis à notre disposition
  • Rester mobilisé-e-s sur des actions concrètes de rencontre avec nos concitoyens.

Outre ceux cités plus haut, les deux dernières publications du collectif Roosevelt

  • Stop au dérèglement climatique
  • Stop au chômage et à la régression sociale

 

PLAN DU SITE