Le Collectif Roosevelt est entré depuis quelques semaines dans une phase de transformation dont les grandes lignes sont décrites dans la lettre que vous retrouverez sous ce lien http://r.info.collectif-roosevelt.fr/4h7a0j8ghdyfl.html

Pour rester informé des activités du collectif Roosevelt au sein de ses groupes thématiques et de ses groupes locaux vous pouvez vous inscrire via le lien https://framaforms.org/comment-voulez-vous-continuer-de-suivre-nos-actions-de-les-soutenir-et-dy-participer-1527779219
 
Au plaisir de vous y retrouver prochainement
Rester informé

Retour sur la soirée climat du 17 novembre à Marseille

tractmarseillePlus de 80 personnes se sont réunies ce 17 novembre à l’initiative du Collectif Roosevelt des Bouches-du-Rhône. J. Guiot, co-président du Groupe Régional des Experts du Climat (GREC) a montré l’impact du changement climatique (diapositives jointes) puis B. Lamour, Président du collectif Roosevelt a replacé ces conséquences dans une vision politique globale.

Des solutions locales ont été également proposées : Enercoop, Alternatiba, Les paniers marseillais et l’AMAP d’Allauch et, même, un restaurant “solaire” en recherche de financement par le crowdfunding.

Une discussion très riche s’est engagée à la satisfaction des présents.

 

Introduction 

Nous accueillons aujourd’hui Bruno Lamour président du COLLECIF ROOSEVELT et Joël GUIOT co-président du GREC à savoir le groupe régional des experts pour le climat. Nous évoquerons la problématique du réchauffement climatique et de la transition écologique, à partir d’un constat régional, que nous présentera Joël Guiot, suivie d’une mise en perspective plus générale qui sera l’œuvre de Bruno Lamour qui en ce moment parcourt la France pour promouvoir les idées de Roosevelt. Il nous expliquera lesquelles.

Nous évoquerons ensuite les solutions apportées tant sur le plan national que régional, ce qui nous amènera tout naturellement à accueillir les partenaires locaux qui nous expliquerons les actions qu’ils conduisent sur le terrain .
Il s’agit de Matthieu Florentin d’Alternatiba, Jérôme Lelong qui représente tout à la fois Energie Partagée et ENERCOOP, et Fabien Tell qui nous parlera de l’AMAP qu’il conduit avec dextérité.
Ensuite, en une dernière partie, à laquelle on consacrera beaucoup de temps, une discussion sera engagée avec la salle. C’est dire que nous souhaitons ce soir une discussion à partir des expériences locales car, ici à cette tribune, nous en sommes persuadés, c’est de l’initiative des associations et des citoyens que viendra « la lumière » puisqu’il s’agit de faire évoluer nos comportements.
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
Le titre retenu pour cette conférence « Du global au local et réciproquement » a été emprunté au GREC dont une des publications porte ce titre. Je laisserai donc le soin à J Guiot de l’expliquer.
J’aime bien introduire les conférences, quand elles sont plongées dans l’actualité, comme l’est celle-ci, par une revue de presse. Mais, en l’occurrence je suis complétement débordé par les prises de position de tout bord, et ceci quotidiennement.
Et si d’un côté le Pape a produit une encyclique très remarquée, de l’autre, il y a le scandale Volkswagen et les pétroliers -ou du moins certains- qui se présentent comme écolos ! avec , à la clé, le prix Pinocchio certainement décerné à l’un d’entre eux !
J’ai cependant picoré ici ou là les éléments suivants

  1. Le premier illustre la duplicité des discours.
    Selon l’OCDE, les Etats dépensent trop de milliards en faveur des énergies fossiles, alors même que l’origine du dérèglement tient à l’utilisation effrénée du charbon, du pétrole et du gaz.
    Avec toutefois la satisfaction de voir EXXON, assigné par le procureur de New-York pour dissimulation (à ses actionnaires !) de l’impact de ses activités sur le réchauffement climatique.
  2. le second qui apporte une touche d’espoir : La convention des NU contre la désertification appelle à restaurer les terres pour lutter contre le réchauffement climatique : promouvoir l’agro-écologie – les sols, un gisement inexploité pour le climat. La restauration des sols peut accroître le stockage du carbone car le couvert végétal le séquestre dans la biomasse
  3. Bernard Perret nous rappelle de façon très pertinente la problématique : Il est admis par les experts que l’humanité devra réduire de moitié ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050 si elle veut éviter un réchauffement moyen supérieur à 2° (dont les conséquences sont imprévisibles). Il insiste : nous sommes drogués à la croissance économique, une croissance qui, sous sa forme actuelle, est structurellement gourmande en énergie et destructrice de l’environnement
    Mais, toutes les études montrent que des résultats ne pourront être obtenus seulement par des innovations techniques. Et même si la techno-science a de toute évidence un rôle important à jouer il est clair que nous ne ferons pas face à ce problème sans changements profonds dans nos modes de vie. Et on ne voit pas comment cela serait possible sans instaurer un ordre politique mondial beaucoup plus structuré que celui que nous connaissons.
  4.  Pour BRUNO LATOUR : un nouvel acteur est arrivé dans l’histoire humaine – la Terre ! La Terre, qui fut longtemps le cadre neutre et muet de l’action des sociétés, est devenue un acteur qui nous répond.
    Le carburant que vous mettez dans votre voiture n’affecte pas seulement la qualité de l’air autour de vous (comme le voulait le vieux concept de pollution), mais bien l’organisation du climat à l’échelle de la planète. Les décisions politiques et économiques que l’on prend aujourd’hui détermineront le visage de notre monde pour des milliers d’années.
    Et que l’on ne nous dise pas que nos comportements sont irréversibles, on n’arrête pas d’en changer depuis la guerre.

J’aurai pu pour terminer, avec un sourire, en évoquant les cercueils en carton ….
Mais, nous, nous allons nous concentrer immédiatement sur notre territoire régional. Joël Guiot, à vous

L’ensemble de ces éléments est disponible sur l’enregistrement audio ci-dessous.

PLAN DU SITE