Le Collectif Roosevelt est entré depuis quelques semaines dans une phase de transformation dont les grandes lignes sont décrites dans la lettre que vous retrouverez sous ce lien http://r.info.collectif-roosevelt.fr/4h7a0j8ghdyfl.html

Pour rester informé des activités du collectif Roosevelt au sein de ses groupes thématiques et de ses groupes locaux vous pouvez vous inscrire via le lien https://framaforms.org/comment-voulez-vous-continuer-de-suivre-nos-actions-de-les-soutenir-et-dy-participer-1527779219
 
Au plaisir de vous y retrouver prochainement
Rester informé

« L’Assemblée », Mariana Otero, 2017.

Nous sommes aujourd’hui en octobre 2017.

Cela fait un an et demi que Nuit Debout a vu le jour.

Un an et demi c’est à la fois très peu de temps et pourtant, il semble que tellement de choses se sont passées depuis … OVNI de la politique contemporaine, rêve collectif éveillé, expression d’une volonté populaire de redonner du sens à un système qui pâlit de jour en jour, tout ou presque a été dit sur Nuit Debout.

Le film de Mariana Otero, lui, n’est pas un film sur Nuit Debout. Il n’est pas une ènième tribune d’un obscur journal qui, tantôt s’offusquerait d’un mouvement dont il ne comprend pas la portée, tantôt encenserait le dynamisme et la volonté des citoyens qui s’invitent sur les places.

L’Assemblée est un film qui parle de démocratie. Tout au long du film, une seule et même question est posée en toile de fond : Comment peut-on parler ensemble sans parler d’une seule voix ? Ce film nous fait revivre, au travers de plans parfois pris sur le vif, le Nuit Debout de la réflexion, celui des commissions et des questions sans réponses, celui des Lordon, Piçon-Charlot et des galères quotidiennes. Est-ce que l’on vote ? Comment on vote ? Pourquoi on vote ? L’Assemblée est en fait une leçon de philosophie politique, où la volonté d’un groupe de personnes qui souhaite améliorer le système, va alimenter une réflexion encore plus large sur la démocratie telle que nous la connaissons.

Alors, on se laisse porter et l’on réfléchit également de l’autre côté de l’écran. Ce film est un patchwork magnifique de séquences qui ont toutes été tournées Place de la République entre le 31 mars 2016 et la fin du mouvement. Plutôt que de donner un simple cours de sciences politiques, Mariana Otero parvient à retranscrire parfaitement les différents épisodes et l’évolution de Nuit Debout ; ses hauts et ses bas, ses aspects magnifiques comme ses plus cruelles contradictions. Un instant on rigole avec ces acteurs qui n’en sont pas, parce que l’humour et la joie de vivre étaient aussi présents sur les places publiques, puis, l’instant suivant, on pleure comme des enfants en observant les scènes de violences, les arrestations aléatoires et le gaz dispersé sur les manifestants.

Nuit Debout a permis d’ouvrir mille questions sans jamais y apporter une seule réponse. L’Assemblée parvient à retranscrire avec justesse toute la réflexion qui a été portée autour de la démocratie et fera sans aucun doute office d’archive de référence de cet instant politique qui a marqué une génération. Pour autant, ni le mouvement, ni le film, n’apportent de véritable réponses, mais lorsque l’on sort de cette salle de cinéma, une idée germe dans notre tête : le jour où les enfants de Nuit Debout verront l’aube se lever, nous aurons réussi à construire un monde meilleur.

Grégoire Bienvenu

PLAN DU SITE